L'assurance santé du frontalier

spécialiste de l'assurance franco‑suisse
| frontalier
1
réponse
0
vote
241
vues

Est ce encore le moment d'aller chercher un emploi en suisse?

mon fils est ingénieur en informatique il a 29 ans et 7ans d'expérience et gagne très peu en France et il est célibataire.

Je l'encourage à travailler à Bâle et sa région directe et il habiterait à Mulhouse en France Mon fils dit que les lois vont être défavorables dorénavant aux frontaliers.

  1. est-ce exact? Qu'est-ce qui va changer et quand?
  2. n'est -il pas au contraire préférable de chercher un emploi dès maintenant en Suisse pour ne pas être touché par des lois qui ne seront pas rétroactives pour ceux qui ont par exemple déjà cotisés dans une assurance privée.Les travailleurs frontaliers habitant en France seront-ils obligés de renoncer à cette assurance privée et devront-ils cotiser à La Caisse Primaire d'Assurance Maladie de Mulhouse?

1 réponse

Le sujet est vaste, je ne peux que vous encourager à lire nos articles sur ces sujets :

  1. Nouveau barème d'imposition des frontaliers
  2. Obligation de renoncer à l'assurance privée en 2014
  3. Le frontalier vu comme "source" de chômage
  4. Quotas mis en place pour certains permis (actuellement permis résidents)
  5. La libre circulation toujours au centre des enjeux politiques

Rapidement, oui aujourd'hui la situation se "tend" pour les travailleurs frontaliers (lire éditorial du journal Le Temps de ce matin....) et des échéances politiques approchent qui ne risquent pas de simplifier leur situation.

Coté fiscal, c'est le grand chamboulement (dans le mauvais sens), avec en quelques mois : imposition des 2e et 3e piliers, fin du droit d'option, nouveaux barèmes d'impôts...

Donc je pense que oui, les lois vont être de + en + "défavorables aux frontaliers".
La situation sera-t-elle pour autant inintéressante d'un point de vue professionnel ? Je ne le pense pas car la Suisse a toujours un énorme besoin de main d'oeuvre qualifiée dans certains secteurs, et les salaires sont bons.

Simplement, disons que ce n'est pas l'eldorado que certains imaginent.