L’assurance complémentaire santé du frontalier améliore la couverture de son assurance LAMal

Il est un fait acquis que l‘ assurance LAMal suisse est une excellente assurance maladie de base. De plus, pour le frontalier, la LAMal donne aussi l’accès aux remboursements de la Sécurité Sociale pour les soins en France. Toutefois, comme tout régime de base rendu obligatoire par la loi, la couverture de la LAMal peut être complétée en matière de remboursement et d’accès au réseau de soins. Souscrire une assurance maladie complémentaire permet d’augmenter le niveau de remboursement.

Vous trouverez ici la description des assurances complémentaires des frontaliers qui ont choisi l’assurance LAMal.

Pour les assurances complémentaires des frontaliers qui ont choisi la CMU, voyez notre article la mutuelle santé du frontalier.

Sommaire :

Être assuré à la LAMal Frontalier avec une complémentaire c’est avoir le choix !

Le frontalier qui a choisi l’ assurance de base LAMal Frontalier pour une raison économique (si sa mensualité LAMal est plus faible que sa cotisation CMU), pourra choisir d’utiliser les deux réseaux médicaux de Suisse et de France.

Il va choisir son assurance maladie complémentaire selon ces mêmes critères économiques et d’accès aux soins. Certains frontaliers vont choisir de mettre l’accent sur le réseau de soins suisse, d’autres frontaliers sur le réseau de soins français. Le “choix du roi” c’est … d’avoir le choix. Le frontalier va panacher ...

  • la LAMal Frontalier, utilisée pour accéder aux hôpitaux cantonaux suisses et aux médecins spécialistes suisses qui ont des délais de rendez-vous moins longs que certains de leurs confrères situés dans des déserts médicaux de "France Voisine".
  • l’ assurance complémentaire frontalier, utilisée en France pour améliorer les remboursements d'optique et de dentaire (très mal couverts en Suisse) et aussi pour compléter les remboursements du généraliste en France
  • l’assurance complémentaire frontalier, utilisée en Suisse pour accéder aux cliniques suisses, pour avoir un second diagnostic et pour pouvoir choisir le meilleur médecin spécialiste suisse.

Pour bien choisir votre complémentaire maladie frontalier contactez nos experts!

Le besoin d’une assurance complémentaire santé pour les soins en Suisse

Le frontalier qui a son réseau de soins en Suisse en connaît le prix des consultations. Il a besoin d'en améliorer les remboursements et bénéficier ainsi d'une couverture d’assurance maladie similaire à celle des résidents suisses.

Une assurance complémentaire santé pour les frontaliers avec une bonne couverture en Suisse répond au besoin d’accéder rapidement aux médecins spécialistes. Il concerne le suisse installé en France qui veut préserver ses habitudes, l' expatrié ou le nouvel arrivant frontalier qui ne veut pas attendre des mois pour un rendez vous avec un spécialiste en "France voisine" et la frontalière qui souhaite accoucher dans les meilleures conditions en Suisse.

Les nouvelles complémentaires santé sur la base LAMal frontalier

L’une des nouveautés intéressante de cette année 2019 en matière de l’assurance maladie frontalier concerne les frontaliers assurés LAMal. Les nouvelles assurances destinées à ces assurés offrent les avantages suivants:

  • un accès aux soins en Suisse sans plafond annuel pour les remboursements
  • un accès à 100 % des cliniques suisses sans aucune restriction, les assurés bénéficient d’une chambre à 2 lits maximum et du libre choix du médecin
  • en France le remboursement à 100 % des frais qui restent à charge après l’intervention de la CPAM
  • le remboursement à 80 % des soins programmés au sein des pays de l’AELE
  • un plafond élevé pour les soins dentaires aussi bien en France, en Suisse ou en Europe
  • ...

Ce niveau de prestations est à nouveau équivalent à celui des complémentaires suisses que les frontaliers pouvaient souscrire avant que la FINMA décide de leur en bloquer l’accès en 2017.

L’accès aux cliniques en Suisse

En cas d’hospitalisation en Suisse, l’assurance de base LAMal rembourse uniquement les soins réalisés au sein de la division commune (chambre à plusieurs lits, médecins non choisis) d’un hôpital cantonal public.

Pour l’assuré cette double contrainte signifie qu’avec une assurance LAMal de base sans complémentaire:

  • il n’aura pas le libre choix du médecin. C’est-à-dire, qu’il devra se limiter aux seuls médecins et spécialistes qui acceptent d’intervenir en division commune de l’hôpital cantonal où les soins ont lieu. Si un spécialiste renommé est disponible dans une clinique voisine, l’assurance de base ne permettra pas de le consulter.
  • son séjour hospitalier se déroulera dans une chambre de 4 à 10 lits. Cette promiscuité et ce manque de confort n’est ni agréable ni propice au prompt rétablissement lorsque l’on est souffrant.

Souscrire une assurance maladie complémentaire à la LAMal frontalier permet de faire disparaître ces restrictions ! Comme le font les complémentaires suisses pour les résidents, les nouveaux contrats apparus en 2019 remboursent les soins en clinique sans plafond journalier ou annuel.

Grâce à ces contrats, vous pouvez bénéficier d’une chambre à 2 lits maximum et du libre choix du médecin partout en Suisse. C’est-à-dire que vous pouvez être soigné par des spécialistes qui n’interviennent qu’en division Mi-Privée.

A titre d’exemple, en Suisse romande vous pourrez vous faire soigner dans des cliniques reconnues pour leur très haut niveau d’équipement, d’expertise et de service telles que :

  • la clinique des Grangettes à Chêne-Bougerie (canton de Genève)
  • la clinique de la Tour à Meyrin (canton de Genève)
  • la clinique Genolier à Genolier (canton de Vaud)
  • la clinique CIC à Clarens (canton de Vaud)
  • la Hislanden Klinik Birshof à Bâle (canton de Bâle Campagne)

Vous trouverez davantage de détails sur les accès aux maternités dans notre article Prise en charge maternité

La complémentaire maladie pour les soins en France des assurés LAMal Frontalier

Les nouvelles assurances maladie complémentaires ne se limitent pas à fournir d’excellents remboursements pour les soins faits en Suisse, elles le font également pour les soins réalisés en France!

Le frontalier qui a choisi l’assurance obligatoire LAMal frontalier et qui vient de France conserve sa carte vitale française. Cette carte lui assure un niveau de remboursement de base lorsqu’il fait des soins médicaux en France. Son assurance complémentaire maladie améliore ces remboursements des soins effectués sur le sol français. Selon le contrat choisi, elle remboursera tout ou partie du reste à charge en France (le ticket modérateur, le dépassement d’honoraires etc…).

Les soins en France sans parcours obligatoire

En France, ces nouveaux contrats n’obligent pas le patient à suivre un parcours de soins prédéfini par la Sécurité Sociale.

Pour consulter un médecin spécialiste, ils ne doivent pas commencer par consulter un médecin généraliste qui, ensuite, leur ouvrira l’accès aux médecins spécialistes. C’est préférable pour le frontalier qui habite dans des régions frontalières connues pour être des déserts médicaux. Avec les longues listes d’attente des médecins spécialistes de France voisine, les parcours de soins obligatoires contribuent à allonger le délai entre l’apparition des symptômes et le traitement.

Le calcul complexes des remboursements en France

Ces dernières années, la France a complexifié son calcul des remboursements. Elle a mis en place des contrats d’assurance dits “responsables” et des contraintes sur l’extension des remboursements des assurances complémentaires.

De nouvelles notions de conventions, d’OPTAM (Option Pratique Tarifaire Maîtrisée), de TBRAM (Tarif de Base de Remboursement de l’Assurance Maladie) sont venues compliquer les notions précédentes de tarif conventionné, dépassement d’honoraire, ticket modérateur. Malgré des taux de remboursements présentés comme élevés, on peut être loin d’un remboursement intégral.

A titre d’exemple, une complémentaire frontalier avec un taux de remboursement de 200%, ne rembourserait que 50 € pour une visite chez un spécialiste facturée 100 € avec un tarif conventionné TBRAM de 25 €.

Les soins en France remboursés sans plafond!

Des nouveaux contrats d’assurance complémentaire maladie font disparaître la notion de pourcentage du TBRAM (Tarif de Base de Remboursement de l’Assurance Maladie). Désormais tous les coûts qui dépassent les remboursements de la CPAM sont pris en charge à 100 % par la mutuelle !

Cela s’applique lorsque le médecin spécialiste consulté est conventionné et adhère à l’ OPTAM ( Option Pratique Tarifaire Maîtrisée ) et aussi quand le médecin spécialiste n’adhère pas à l’ OPTAM. Ces nouveaux contrats " deux en un " fonctionnent comme la combinaison d’une mutuelle responsable et d’une sur-complémentaire qui rembourse les dépassements d’honoraires au-delà de 200 % du TBRAM.

Pour choisir l’offre d’assurance complémentaire maladie du frontalier assuré à la LAMal

Comme en 2017 la FINMA a interdit aux assureurs suisses de commercialiser des assurances complémentaires maladies aux frontaliers, les assurances complémentaires maintenant proposées proviennent principalement de France. Malgré la tournure de certaines plaquettes commerciales, on peut constater que leurs couvertures côté suisse sont souvent minimales, redondantes ou inadaptées.

Lorsque le frontalier choisit son assurance complémentaire maladie, il convient d’éviter trois des défauts les plus fréquents.

  • Des soins en Suisse remboursés sur la base des tarifs français

Comme le coût des soins en Suisse est nettement plus élevé qu’en France. Une complémentaire qui rembourse une dépense médicale en Suisse sur la base des tarifs conventionnés français est rarement intéressante.

  • Des contrats redondants avec la couverture LAMal

Des assurances indiquent rembourser 100 % du tarif Swiss DRG en cas d’hospitalisation. S’il est hospitalisé en Suisse, le frontalier ne recevra aucun remboursement de la part de cette assurance car tout aura déjà été couvert par sa base LAMal !

  • Des plafonds de remboursements appliqués aux soins faits en Suisse.

Des contrats français qui prennent en charge les soins en Suisse, ont souvent des plafonds annuels de remboursement.

Si cette limitation n’est généralement pas un problème pour les soins ambulatoires (les visites chez le médecin), elle n’est pas réaliste pour les soins hospitaliers et plus particulièrement les accès aux cliniques suisses. Les coûts très élevés des cliniques suisses peut rapidement dépasser ce montant de plafond. Les sommes restant alors à charge peuvent devenir astronomiques!

Si le choix d’une assurance complémentaire maladie frontalière vous semble compliqué, si vous hésitez entre une assurance complémentaire maladie frontalière avec une couverture en France seule ou une mutuelle avec une couverture en Suisse et en France ...

Pour être aidé dans votre choix de mutuelle frontalier, contactez nos spécialistes!